Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 16:01

La grande salle pour tous du village accueillera huit artistes dont la peinture est le point commun, bien que les techniques utilisées soient très différentes (huile, acrylique, peinture au couteau, gouache, pastel, aquarelle, encres, palette graphique…) et que certains d’entre eux pratiquent aussi d’autres disciplines : céramique, dessin et sculpture textile…

En attendant de les rencontrer à Arros-Nay le 17 mai, faites connaissance avec eux à travers ces textes et ces images, qui aident à mieux comprendre leur travail. Bon voyage !
 

 

Véronique ABT
 

Véronique Abt est née et a grandi au Maroc. Elle en garde le goût des couleurs et de la lumière ainsi que l’envie de découvrir d’autres peuples, d’autres cultures. Elle puise son inspiration dans ses voyages. Scènes de la vie quotidienne, portraits de femmes ou paysages parlent d’un ailleurs qu’elle a un moment approché que cela soit en  Afrique noire, en Asie ou dans son Maghreb natal.

Si l’uniformisation gagne malheureusement de plus en plus de régions du globe, Véronique Abt privilégie dans sa peinture des scènes et des atmosphères traditionnelles car pour elle, c’est l’unicité et la différence de chaque peuple qui font la richesse de notre planète.
 

Bien que son thème de prédilection reste le voyage, Véronique Abt le décline sous toutes ses formes et en variant les techniques suivant son envie du moment. Utilisant indifféremment l’huile, le pastel ou l’aquarelle, elle trouve dans chacun de ces médiums un plaisir différent et sans cesse renouvelé. Son trait est précis et résolument figuratif. Avec l’huile, elle joue sur la transparence des glacis tandis qu’elle apprécie dans le pastel le velouté du rendu, n’hésitant pas à se servir de ses doigts pour estomper ou sculpter les pigments.


Pour en savoir plus : http://pagesperso-orange.fr/chemsi/
 

 

Serge CLAVERIE
 

Serge Claverie est né en 1969 à Tarbes. Intéressé très tôt par les arts graphiques, il suit l’enseignement des beaux-arts à Tarbes en auditeur libre puis poursuit une formation en art appliqué à Toulouse et Paris.


Depuis 1996, il vit et travaille en tant que graphiste, à Pau et depuis 2000, expose chaque année ses peintures avec “Les Artistes Associés”(Morlaàs et Pau). En 2006 et 2007, il participe au salon des Indépendants de Saint-Jean-de-Luz et remporte le prix des associations en 2006, et le prix du jury 2007.
 

Sa peinture est vive, spontanée et sait aussi bien exprimer la fantaisie débridée que la part d’obscurité de ce jeune artiste très prometteur.


Prochaine exposition juste avant Festiv’Arts : «Série Noire» Mairie de Morlaàs du 6 au 17 mai 2009


Pour en savoir plus : http://serge.claverie.free.fr/


Jean-Pierre HELT

 

Peintre figuratif, de sensibilité expressionniste, Jean-Pierre Helt, après une formation académique, s’est consacré au dessin et à la caricature. Depuis 1988, il a repris les pinceaux et s’est essentiellement consacré aux paysages, aux natures mortes et aux scènes d’intérieur. Fréquentant l’atelier d’Eric Féron à Rouen, il s’est peu à peu éloigné de l’école de Rouen pour se rapprocher de l’école de Paris. Installé depuis quelques années à Arros-Nay, Jean-Pierre Helt continue à peindre et à exposer dans toute la France.

Régulièrement accueilli dans
les galeries parisiennes comme dans celles de Province, depuis 1992, il a participé à plusieurs dizaines de salons et festivals, où il a remporté de nombreux prix, dont le Grand Prix du Festival National des Peintres et Sculpteurs de Bordeaux en 98, le Prix de la fondation Taylor au Salon des Artistes Français en 2000 et le Premier Prix des « Cimaises » à Palavas les Flots, où il expose tous les ans.

Festiv’Arts lui donne l’occasion de montrer pour la première fois son travail aux habitants de son village d’accueil. Pour la manifestation, il a sélectionné plus d’une dizaine de toiles, réalisées à plusieurs étapes de sa vie et offre ainsi une belle rétrospective de sa carrière.

 
 

Francis JALIBERT

Peintre autodidacte, né le 25 décembre 1948 à Carcassonne (Aude), Francis Jalibert pratique la peinture depuis son plus jeune âge malgré quelques interruptions. Depuis quelques années, il consacre beaucoup plus de temps à sa passion et multiplie les expositions. Ses tableaux sont présents dans plusieurs collections privées : en France, mais aussi à l’étranger : Etats-Unis, Royaume-Uni, Irlande, Finlande, Hollande, Belgique, Italie, Espagne, Maroc…

Sa peinture, essentiellement à l’huile, qu’il pratique principalement au couteau, s’exprime dans une recherche d’harmonie dans les couleurs, en associant le contraste de complémentaires.


Ses réalisations, spontanées, sont souvent réalisées en une seule séance. Il considère, en effet, que  ses tableaux les plus réussis sont ceux sur lesquels il a passé le moins de temps.


Les sujets et les couleurs de ses paysages révèlent une forte inspiration provençale, région qu'il affectionne particulièrement et qu’il connaît bien, étant originaire du Languedoc-Roussillon. Certains sites de la côte méditerranéenne, de la Bretagne où de la côte Basque, lui ont également inspiré une série de peintures marines.
 

Peindre est pour lui avant tout une source de plaisir, un moyen de s'évader, de découvrir et d’aller à la rencontre des autres. « Peindre, c’est apprendre à regarder la nature, à l'apprécier, à la transformer pour mieux se l’approprier » dit-il pour définir son travail.
Ce regard très personnel sur le monde qui l’entoure l’ont peu à peu conduit à le transfigurer pour en donner une interprétation abstraite qui ne peut laisser quiconque indifférent.


En 2007 et 2008, il obtient le prix « Argent » du site Art Majeur.


Pour en savoir plus : http://fr.artmajeur.com/jalibert/

 

Liliane MAREZ

Née à Tarascon sur Ariège, Liliane Marez passe son adolescence entourée d’un père, d’un oncle et d’amis peintres, amateurs et professionnels. Baignée dans cet environnement d’artistes, elle suit des cours de dessin pour devenir « designer » textile et papier peints. Mariée très jeune, elle parcourt la France avec  sa famille puis reprend des cours aux Beaux Arts à Clermont-Ferrand où elle découvre la peinture sur soie qu’elle enseignera durant une dizaine d’années. Elle participe à de nombreuses expositions en Auvergne et en Ariège.


Parallèlement, secrétaire du Comité Archéologique de Lezoux (le plus important centre de céramique sigillée gallo-romaine des premiers siècles de notre ère), elle prend part à de nombreuses fouilles, organise conférences et visites et, dans le cadre d’un projet pédagogique, réalise une grande fresque sur les murs du groupe scolaire.


Abandonnant  provisoirement ses pinceaux pour raison familiale et professionnelle, elle arrive ensuite en Béarn.
 

L’année 2001, où elle découvre à la fois l’Afrique et le pastel, qu’elle pratique en autodidacte, marquera un tournant dans le parcours artistique de Liliane Marez. Le Maroc, la Tunisie et l’Afrique noire deviennent ses principales sources d’inspiration et, au fil des rencontres, elle affine sa technique, aiguise son regard.


Elle expose plusieurs années au restaurant « le Champetier » à Pau. Puis, cherchant dans la diversité des techniques de nouvelles visions de la peinture, lui permettant une autre interprétation du pastel, elle apprend l’aquarelle à Nay avec Jean Ardouin, professeur des Ateliers graphiques  et renoue avec la céramique en pratiquant le modelage et la sculpture avec Fredérique Castillon.


Elle souhaite, à travers son travail, témoigner de la richesse de peuples dont la culture est menacée par la mondialisation. Ses portraits d’hommes, de femmes, d’enfants, gardent la mémoire de chacune  des cultures qu’elle a appris à connaître et à aimer au fil de ses voyages. Les nombreuses photos prises en cours de route, associées à ses souvenirs, l’aident à reconstruire, avec ses couleurs, cet autre monde en souffrance. En transcrivant la singularité des costumes, la précarité de l’habitat, la beauté des visages, l’authenticité des émotions, Liliane Marez nous interroge sur l’avenir de ces peuples, et sur le fragile équilibre de l’humanité tout entière.


Elle envisage de repartir prochainement, à la découverte des populations d’Amérique du Sud et de  l’Himalaya. 


Pour en savoir plus : http://liliane.marez.free.fr/

 

Laetitia MARRE

Laetitia Marre est une jeune illustratrice autodidacte à l’imagination peuplée de lutins espiègles et d’elfes rieurs. Pour donner vie à son univers coloré et poétique, elle utilise essentiellement la peinture numérique.
 

Elle a illustré à ce jour deux ouvrages : "Petit Pingouin" et "Crokodou", publiés aux éditions du "Pas de l’Echelle". 


Elle est également professeur des écoles, et, depuis un an, enseigne tous les lundis en classe de CM à l’école d’Arros-Nay, où elle transmet à ses élèves son amour de la fantaisie tout en les faisant réfléchir sur le monde qui les entoure et les relations entre individus.
 

Laetitia Marre garde en elle intacte sa part d’enfance, source intarissable de créativité et tente, avec sa classe, d’entretenir cette spontanéité qui rend fertile l’imagination.



Pour en savoir plus : http://orangebleue.blogspot.com/

 

Éliane MONNIN
 

Née le 15 juin 1976 à Morteau, Éliane Monnin obtient en 1998 sa licence d’arts plastiques et arts appliqués à la faculté des sciences humaines de Strasbourg. Elle enchaîne depuis les expositions personnelles et collectives, dans le Sud-Ouest, où elle réside depuis plusieurs années et où elle a son atelier, mais aussi à Paris et dans l’Est de la France. Elle obtient en 2002 le 3ème Prix de la Ville au Brouillarta des artistes de Biarritz et en 2003 le prix des associations au Salon des indépendants de Saint-Jean-de-Luz et le prix de la ville au Salon du Boucau-Tarnos.


En 2008, elle intervient à l’école d’Arros-Nay où, en une dizaine de séances, elle transmet aux élèves de CE et CM sa passion en les faisant expérimenter plusieurs techniques, qu’ils mettront ensuite en œuvre dans une superbe production de tableaux. Leur travail a été exposé à la Minoterie de Nay lors d’un vernissage en juin 2008. De l’incroyable enthousiasme généré par cette expérience partagée entre l’artiste, les enfants, les parents et les enseignants de l’école, est née l’idée de Festiv’Arts.


C’est avec une approche illustrative, narrative et poétique à la fois qu’Eliane Monnin s’interroge sur ce qui nous enferme et ce que nous renfermons : l’homme face au monde, à la nature, à son habitat. À travers une série de dessins, encres et peintures sur papier, elle tente de construire un univers qui nous renvoie au corps, à ces territoires du toucher et de l’effleurement, à la relation à l’autre... Animal-humain, monde organique, végétal ; toutes ces notions lui ouvrent des terrains d’expérimentations. Elle accompagne souvent ses recherches plastiques en deux dimensions d’un travail autour de l’objet ; à travers un vocabulaire de formes élémentaires, elle essaie d’engager un dialogue entre sa peinture et ses sculptures hybrides.

Elle aime jouer de l’ambivalence entre attirance et répulsion qui naît de ses objets et de sa peinture.


Vous pouvez découvrir certaines des œuvres de cette artiste en exposition permanente à La Minoterie de Nay.


Pour en savoir plus : visitez son atelier, 19 rue vieille boucherie à Bayonne (06 10 31 69 17) ou RDV sur : www.artandproject.eu

 

Hélène PAISSEAU
 

Dès l’enfance, une attirance particulière pour les choses délicates et précieuses l’habitait ;  petits objets raffinés et insolites, curiosités, bijoux… il fallait qu’elle conserve et répertorie ces richesses pour un plaisir des yeux si exaltant.


Quelques années plus tard c’est cette sensation de délicatesse poussée à son extrême qui caractérise les recherches de cette jeune artiste.


Ses premiers pas en art se font à l’Esac de Pau, puis, diplôme en poche, c’est aux Arts Décoratifs de Strasbourg qu’elle poursuit sa formation, en atelier matériaux souples (textile).


Le dessin est son maître mot. D’abord dessin précis d’analyse botanique ou bien gouaches grands formats, celui-ci se développe en broderies, puis en dessin textile volumineux. Fil d’or, perles, étoffes, porcelaine, cire, dentelle, le raffinement se mêle jusqu’à l’apparition d’une broderie-bijou, effleurant les contours d’une forme organique.

 

En parallèle à ce travail d’ornemen-tation, Hélène Paisseau a repris récemment les rennes d’une petite entreprise de terre cuite, mettant en pratique ses recherches pour la décoration.
 

 

Pour en savoir plus: http://helenepaisseau.zeblog.com 

 

 

Repost 0
Published by festiv'arts - dans peintres
commenter cet article