Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Pierre Briand

 

Depuis 2000/2001, Pierre Briand pratique la sculpture, qu’il a apprise auprès de M. Najib TCHALABI, sculpteur de l’école Gilgamesh, dans le Vieux Lille. Il suit ensuite les cours de l’École d’Art de Denain, et participe à de nombreuses expositions dans le Nord de la France. Installé depuis un an à Arros-Nay, il a été l’un des initiateurs de Festiv’Arts.

 


Pendant toute la durée de son apprentissage, M. Tchalabi lui transmet sa passion et lui fait don de son effervescence créatrice. Auprès de son Maître, il apprend à transcrire le jeu subtil des sentiments à travers des formes sensuelles et langoureuses, tout en harmonie, tout en douceur. Cette plastique dépouillée, d’une grande humilité, confère à son œuvre une grâce singulière.blog1

Si le travail de Pierre Briand rend hommage à cet artiste, il ne calque pas pour autant son langage. La personnalité de ce jeune sculpteur s’affirme dans un jeu de courbes épurées, tendu à l’extrême. Ressentir les vibrations intérieures de la matière, entrer en symbiose avec elle puis la faire transpirer jusqu’à rendre visible l’invisible, et révéler enfin le secret des choses et des êtres : telles sont ses aspirations profondes.

En 2005, peindre lui apparaît soudain comme une nécessité évidente. Sa peinture s’inscrit alors dans le prolongement de son travail de sculpteur : en apprivoisant la lumière au gré des courbes et des reliefs, l’artiste se promène dans l’espace plan et y invente une troisième dimension, qui invite le spectateur à entrer dans la toile, lui ouvrant ainsi les portes de son univers intérieur.

 

Briand-0443.JPGUn questionnement nouveau sur sa peinture amène aujourd’hui l’artiste à réfléchir sur le sens à donner à celle-ci. Tout en ne reniant pas ce qui a nourri son travail ces dernières années, il cherche à sortir un peu plus de l’influence de sa sculpture.  

Se libérant peu à peu de son obsession de mettre l’espace en évidence dans sa peinture, Pierre Briand tente de révéler les formes en se laissant davantage guider par le geste.

Ainsi « libéré » de la contrainte du volume, le geste saisit l’instant par l’expression de la couleur, du trait, par sa seule spontanéité.

 

En révélant les vides et les pleins de façon plus abstraite, l'artiste laisse le spectateur explorer plus librement ses espaces intimes.Briand-0447.JPG

 

 

 



Pour Festiv’Arts, Pierre Briand a choisi de mettre ces deux approches artistiques différentes en vis-à-vis, car elles restent à ses yeux étroitement liées.


 

 

 

 

 

 

 

Clémentine Coursan

 

Pub-homme boîte 2009blogOriginaire du  Languedoc-Roussillon, Clémentine Coursan exerce depuis 2002 en tant que plasticienne et s’est depuis peu installée dans la région paloise.femme à l'enfant 1978 004

Détentrice d'un Brevet des Métiers d'Art, elle s’est d'abord tournée vers le travail de l'argile avant de s'intéresser plus sérieusement à la peinture. 

 

Très inspirée par le céramiste Jean Derval qui fût son maître durant ses deux dernières années d'études à Antibes, désormais elle peint comme elle respire... et respire pour continuer à peindre et à vivre dans son absolu son aspiration créatrice. 

 

Clémentine Coursan travaille principalement sur le thème de l'humain, dans de petites scènes intimes et émotionnelles.

 16494712.png

Ses sculptures sont réalisées en argile rouge ou blanche, chamottée et montées en volume selon la technique des colombins. Après cuisson "biscuit", elle les traite à l'aide de patines et de cires, ce qui leur donne un aspect bois et surtout préserve leur nature de terre cuite.

aimants 2009

 

1287237957.jpgSur toile, elle fait danser ses couleurs acryliques dans une perpétuelle quête de lumière et de volume.

 


 

Pour en savoir plus : cliquez ici.

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Danièle Junquet

citrons.jpg" Commencer une toile c'est comme se jeter au fond d'un puits avec l'obligation de remonter..."  Istvan Sandorfiblog.jpg

 

Danièle Junquet vous fait suivre la corde pour découvrir quelques fruits et légumes dans une silencieuse atmosphère...

 

junquet.jpg

 

 

Et si vous tendez l'oreille, vous entendrez peut-être ses petits personnages en terre cuite cirée chuchoter de doux secrets...

 


 

 

Hélène Paisseau

Dès l’enfance, une attirance particulière pour les choses délicates et précieuses l’habitait ;  petits objets raffinés et insolites, curiosités, bijoux… il fallait qu’elle conserve et répertorie ces richesses pour un plaisir des yeux si exaltant.


Quelques années plus tard c’est cette sensation de délicatesse poussée à son extrême qui caractérise les recherches de cette jeune artiste.

paisseau-0122.JPG
Ses premiers pas en art se font à l’Esac de Pau, puis, diplôme en poche, c’est aux Arts Décoratifs de Strasbourg qu’elle poursuit sa formation, en atelier matériaux souples (textile).


paisseau-0046.JPGLe dessin est son maître mot. D’abord dessin précis d’analyse botanique ou bien gouaches grands formats, celui-ci se développe en broderies, puis en dessin textile volumineux. Fil d’or, perles, étoffes, porcelaine, cire, dentelle, le raffinement se mêle jusqu’à l’apparition d’une broderie-bijou, blog.jpgeffleurant les contours d’une forme organique.

 

En parallèle à ce travail d’ornementation, Hélène Paisseau a repris récemment les rennes d’une petite entreprise de terre cuite, mettant en pratique ses recherches pour la décoration.
 

 

 

Pour en savoir plus: cliquer ici 


 

 

 

 

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by