Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 10:45

monop1

  

Auteur photographe, Laurent Ferrière se qualifie souvent de « flâneur de l’image » en cultivant le goût de la lenteur pour contrer l’accélération des flux numériques qui a transformé trop de personnes en « photovores » plus préoccupés à constamment vérifier le résultat sur l’écran de leurs boîtiers ou smartphones qu’à prendre le temps de mettre l’œil dans le viseur.

Tout en utilisant pleinement tous les outils décidés à prendre des images : du sténopé jusqu’au smartphone en passant par des boîtiers argentiques ou numériques, il revendique le droit au temps.

 

Ce rythme qui est celui des chemins, des campagnes, des paysages qu’il affectionne tant et qui composent une grande part de son travail.

  sans-titre light

 

  Même en composant des natures mortes, des commandes pour la gastronomie, en situation de reportage, en réalisant des portraits comme des recherches plus personnelles, Laurent Ferrière revendique ce corps à corps photographique avec le temps mais aussi les imprévus, les imperfections pour aller à l’encontre d’images trop « lissées », trop parfaites…

 

 photo

Des paysages en passant par les troupeaux en estive ou une quête sur son apprentissage d’être humain en repartant sur les traces de vie laissées sur les lieux de son enfance jusqu’aux terres d’Afrique ou les cheminements en Béarn comme au Pays basque, vous trouverez toujours l’empreinte du temps, la revendication de la lenteur qui se retrouve même dans des flous, dans l’imprévisibilité de ses photos en noir et blanc comme en couleurs. Si un fil électrique vient s’insérer dans un paysage, il n’est nullement question qu’il le supprime car il est présent au moment de la prise de vue. 

 

 

 L’uniformité est absente dans son travail et même dans les formats, vous trouverez des tirages de 8 x 10 cm jusqu’à de plus grands tirages.  

 

 

 sans-titre2 lightUne amie photographe dit de son travail : « Je dirai que celui-ci est ancré dans le vrai, une forme de regard associé à l'innocence enfantine, à son intemporalité. Des photos intra générationnelles. Plus je regarde son travail, plus j'y perçois l'essentiel de la vie dans tout ce que sa simplicité a de beau. »

La photo comme un art de vivre en tentant de restituer ce qu’il a entendu, respiré, ressenti…

 

 

Pour retourner au catalogue cliquer ici

 Pour en savoir plus : www.laurentferriere.com

Partager cet article

Repost 0
Published by festiv'arts - dans Artistes 2013
commenter cet article

commentaires